Ma petite écolière

Tablier d'été (5)

Cette année encore, j’ai cousu les tabliers d’école de Clémentine. Et encore une fois, j’ai fait un modèle spécial pour les temps chauds, et un autre pour tout l’hiver. J’ai aussi garder le même cahier des charges, à savoir: un tissu coton, des pressions solides, une coupe ample. Et cette année, la couleur est le bleu ;)

Pour le modèle de mi-saison, rien de nouveau, je suis partie exactement sur le même modèle, avec les mêmes modifications, que celui de l’année dernière.

Tablier d'été (1)

Modèle 650 modifié, Burda n°62 spécial enfant – Popeline et mercerie, Mondial Tissus

Tablier d'été (3)

Il s’agit donc d’un patron de robe, avec une patte de boutonnage dans le dos. J’ai passé l’ouverture devant et modifier les volants pour qu’ils viennent se terminer dans les coutures d’épaules et non dans la nuque. En lieu et place de la broderie,  j’ai posé un galon en dentelle pour fixer les volants et en cacher la couture.

J’avais bien envie de changer de patron, et j’ai proposé à Clémentine de lui faire l’un des deux tabliers des Intemporels pour enfants. J’aimais bien le tablier boutonné sur le côté, et j’étais aussi d’accord pour lui faire le tablier croisé dans le dos, même si on le voit déjà pas mal dans son école. Mais non, rien à faire, elle voulait le même que l’année dernière!

Tablier d'été (2)Tablier d'été (4)

J’avais flashé sur ce tissu! J’aime vraiment beaucoup ces couleurs, qui changent un peu des bleu jean et marine, classique dans les tabliers d’enfants. Et avec le galon turquoise et les pressions, je le trouve bien peps pour le printemps.

 

Et oui, ce sera plutôt un tablier de printemps… L’automne est bien arrivé, et avec lui, des matins tout frais! Oh, je sais bien que c’est partout pareil, mais ici, on n’est pas habitué. En général, on profite encore du soleil et de la chaleur de l’été jusque fin/mi octobre. Du coup, elle l’aura peu porté, son tablier sans manche, et depuis lundi, elle part le matin avec son autre tablier ;)

Tablier d'hiver (2)

Tunique à encolure ronde, Intemporels pour enfants (Astrid Le Provost)- Popelines et mercerie, Mondial Tissus

Tablier d'hiver (5)

Pour celui-là, j’ai complètement changé de patron. J’ai bien vu, l’année dernière, que partir du patron d’un robe pour faire un tablier, même une taille au dessus, c’est pas l’idéal. Le tablier de l’année dernière était un peu trop cintré, et il la gênait dans ses mouvements. Le fait qu’il soit avec un empiècement au niveau de la poitrine n’arrangeait rien. Alors, j’ai fait un tour sur Pinterest, trouvé une belle inspiration, et cherché un patron à modifier pour arriver à mon idée.

Tablier d'hiver (8)

Et l’idéal, c’était la tunique à encolure ronde des Intemporels pour enfants. J’ai juste eu à l’ouvrir complètement sur le devant et le tour était joué. Pour ajouter un peu de couleurs, j’ai cousu une poche oiseau, comme dans mon inspiration. Et ça plaît beaucoup à Clémentine, l’oiseau-poche rose, surtout avec le bec et les pattes qui bougent!! Et rose fuchsia, c’est assorti à son cartable ;)

Tablier d'hiver (4)Tablier d'hiver (3)Tablier d'hiver (1)

Pour le reste, j’ai gardé tous les points de la tunique des Intemporels. Les manches sont froncées aux poignets, et c’est bien pratique pour ne pas salir les manches des vêtements du dessous. Le détail de l’encolure ronde est aussi joli de dos que de devant. Et l’ampleur de la blouse est donné grâce aux fronces en haut du corps et des manches.

En fait, sans le (petit) détail de la poche-oiseau, je suis restée assez sobre et simple sur ce modèle… ;)

Publicités

La robe aux mille pandas

Robe aux mille Pandas (2)

Après ces si longues et belles vacances, je me suis laissée happer par le tourbillon de la rentrée… Mais ça y est, tout va bien maintenant, j’ai refait surface et savoure de retrouver mes habitudes et le calme des heures d’école. Et le chemin du blog aussi, qui a été un peu chamboulé par cette grosse désintox numérique, ou flemme bloguesque, ça reste à voir…

Robe aux mille Pandas (3)

Modèle 637, Burda hors-série spécial enfant n°62- Coton, La Droguerie

Robe aux mille Pandas (9)

Bref, tout ça pour introduire une jolie robe qui a accompagné ma choupette tout l’été. Vous vous souvenez de la blouse Ti Panda, qui avait fait chavirer le cœur de ma Mandarine au printemps? Il se trouve que depuis que je lui ai cousu, il ne s’est pas passé une seule journée sans qu’elle demande à la mettre! Grande fierté pour moi… Mais hélas, il a fait vite trèèèès chaud, et la blouse à manche longue, à l’école, sous le tablier, par 28-30°…

J’ai fini par profité d’une promenade entre fille pour faire un sot à La Droguerie et lui reprendre de ce merveilleux coupon. Le bonheur dans ses yeux quand elle à compris qu’elle aurait enfin une robe d’été aux pandas…

Robe aux mille Pandas (5)Robe aux mille Pandas (4)

Après ça, j’ai fait au plus simple. Avec tous ces motifs et toutes ces couleurs, il fallait un joli modèle très basique. Et j’ai repensé à cette ravissante robe du Burda hors-série de l’été dernier… J’aimais surtout les poches. Et je les ai refaites 😉 (on ne les voit pas très bien, là, avec les motifs, mais elles y sont!!)

Robe aux mille Pandas (6)Robe aux mille Pandas (7)

Le modèle est donc tout simple: une coupe trapèze, plutôt longue et peu évasée, un joli dos nageur, un bouton à l’épaule pour l’enfiler, et bien sûr, les jolies poches à nœuds. Autant vous dire que je n’y ai pas passé des heures. Mais le résultat est là, et il faut bien avouer qu’elle en jette!! Et Clémentine l’ADORE! et c’est encore peu dire 😉

Robe aux mille Pandas (1)

Une dernière photo pour la route, parce qu’elle est si jolie au bord du Bassin à contempler les pinasses 💚💚💚

Pomme de reinette

Tapis gris (4).jpg

… et pomme d’Api     Tapis tapis rouge…

Oui, elle est facile… Mais je trouve qu’elle lui a bien!

Et pour la dernière création de l’été, c’était chouette de retrouver mon crochet et de le faire en chanson ;)

Tapis gris (1)

Modèle 18, Phildar n°672 – Fil Phil Matelot coloris galet, Phildar

Tapis gris (3)

Voilà donc le dernier né, un tapis pour l’anniversaire de ma môman.

Le modèle vient du catalogue accessoires été de Phildar, toujours aussi bien expliqué, très sympa à faire. Le fil, Phil Matelot, est un très gros coton, à crocheter en 7. C’est agréable parce que le fil est doux et que ça monte vite mais, comme toujours avec les gros fils, au bout d’un moment ça fait mal aux poignets…

J’ai un peu maqué de fil à la toute fin, et je n’ai pas pu faire le dernier rang. Ça m’a bien fait râler sur le moment, mais je le trouve tout moignon quand même. Ça ne lui enlève pas grand chose, en fin de compte…

Tapis gris (5)Tapis gris (2)

Ici, c’est le tout dernier jour des vacances… Alors on est un peu dans le blues du départ, un peu dans la joie de retrouver son chez-soi, ses affaires et ses habitudes, et beaucoup dans les valises… mais on profite aussi de cette belle journée de soleil!!!

Belle journée à vous.

Blitz (Black-Out – All Clear), Connie Willis

Black Out- All Clear- Connie Willis.jpg

«M. Dunworthy avait dit  que La Lumière du monde était la première chose qu’il avait découverte à Saint-Paul, lors de sa première visite. Le tableau était sans doute accroché non loin, dans l’une des ailes latérales. S’il se trouvait encore là. Sur les murs, des carrés pâles indiquaient l’emplacement de toiles qu’on avait enlevées.

Non. Il était là, dans une baie à mi-chemin de la travée sud, et il ressemblait avec une fidélité parfaite à la description qu’en avait faite M. Dunworthy. Vêtu d’une robe blanche et couronné d’épines, le Christ se tenait au milieu d’une forêt que baignait un crépuscule d’un bleu profond. Il portait une lanterne et attendait devant une porte en bois, impatient, la main levée pour y frapper.

C’est M. Dunworthy! Il veut savoir pourquoi je ne suis pas encore venue au rapport. Pas étonnant qu’il aime tant ce tableau.

Polly n’était pas très impressionnée. La peinture était plus petite qu’elle ne l’avait imaginé, très démodée, et à deuxième examen, le Christ lui semblait moins impatient que dubitatif, comme s’il ne croyait pas que l’on répondrait à son appel. Ce qui risquait fort d’être le cas, si l’on en jugeait par l’état de l’huis. De tout évidence, on ne l’avait pas ouvert depuis des années. Du lierre s’y était entortillé, et des herbes folles en obstruait le seuil.

-Je laisserais tombé, à ta place, murmura Polly.»

♦♦♦♦♦♦

Oxford, futur proche. L’université est définitivement dépoussiérée : historien est devenu un métier à haut risque. Car désormais, pour étudier le passé, il faut le vivre. Littéralement.
Michael Davies se prépare pour Pearl Harbor, Merope Ward est aux prises avec une volée d’enfants évacués en 1940, Polly Churchill sera vendeuse en plein coeur du Blitz, et le jeune Colin Templer irait n’importe où, n’importe quand, pour Polly…
Ils seront aux premières loges pour les épisodes les plus fascinants de la Seconde Guerre mondiale. Une aubaine pour des historiens, sauf que les bombes qui tombent sont bien réelles et une mort soudaine les guette à tout moment. Sans parler de ce sentiment grandissant que l’Histoire elle-même est en train de dérailler.
Et si, finalement, il était possible de changer le passé ?